Fracturation hydrolique

Pour mieux comprendre l’actualité…

Fracturation hydraulique

 

Action de fissurer de la roche en exerçant une pression avec un liquide. De cette roche s’échappe le gaz qui en est prisonnier.

Le gaz de schiste est le gaz contenu dans la roche de schiste. C’est une roche qui ressemble à une pile de roche mince en couche.

Roche de schiste

L’extraction du gaz de ces roches est difficile en comparaison du gaz naturel par exemple.

Le gaz naturel est trouvé dans des roches poreuses et en grande quantité à un endroit donné. Le gaz de schiste réside dans des roches peu poreuses, en faible concentration. Il faut donc fissurer un grand volume de roche.

Ce qui explique que l’on utilise des techniques plus agressives avec d’énormes quantités de liquide (de l’eau avec du sable des additifs, des lubrifiants, des détergents).

Les problèmes qui en découlent:

Les puits échappent du méthane et contribuent donc à polluer et à l’effet de serre pour le réchauffement climatique.
Sujet à de multiples débats sur l’effet réel mesurable…

L’usage d’additifs peut polluer les sources d’eau près des endroits de forage. Ces additifs sont toxiques.

Il faut installer plusieurs puits en surface pour exploiter un site. Ce qui devient un inconvénient important dans les zones habités.

Il n’y a pas encore une technique alternative avec moins d’inconvénients. Et celles qui font l’objet de recherche sont, pour le moment, beaucoup plus dispendieuses et compliquées.

Les gouvernements des divers pays essaient à la fois d’imposer des normes à l’industrie, de contrôler les risques pour la population et l’environnement tout en essayant de l’exploiter. La principale raison de cet intérêt est qu’il permet de réduire la dépendance énergétique envers le pétrole et les pays producteurs.